L.U.MEN, la compagnie Le Beau Geste aux Accroches-Cœurs d’Angers

Actuellement à Angers pour un stage, je suis bien loin en réalité de la rentrée parisienne des danseurs. Mais bon, Angers n’est finalement pas en reste : lieu de résidence du Centre National de Danse Contemporaine (CNDC), s’y déroulent également chaque année les Accroche-Cœurs, dédiés au spectacle de rue. Théâtre, musique, arts plastiques, cirque et danse bien entendu. Trois spectacles seulement cette année cela dit. J’en choisi un, et en voiture Simone.

Que les choses soient claires : mes goûts vont principalement vers le classique. Mais j’aime la Danse, toutes les danses, le contemporain inclus. Dès lors qu’il y a une émotion, une histoire littérale ou abstraite, un univers, de l’esthétique, du mouvement, ça ne peut que me plaire.

Las, ce n’est pas ce que j’ai trouvé ce samedi. Le pitch était pourtant prometteur : « LU.MEN : une histoire de Lumière, d’Usine et d’Hommes, (…) une chorégraphie des éraflures, qu’elles soient corporelles, métalliques ou sonores ». Trois hommes, et une Machine (un engin de chantier). Une belle idée, que d’évoquer les relations de ces hommes avec cette mécanique, de faire de cette dernière un personnage central, et d’explorer les jeux de lumière provenant du projecteur qui lui est arrimé…

Tout cela est bel et bon, mais trois éléments manquent cruellement : un projet abouti, plus d’engagement de la part des danseurs et plus de professionnalisme.

Le spectacle commence avec la machine, qui se met en mouvement. Les danseurs évoluent dessus, c’est loin d’être génial ou transcendant mais c’est suffisant pour me faire rester debout accoudé à une barrière de chantier. La Machine est donc bien un personnage à part entière de la chorégraphie, avec ses pistons qui se développent, son armature en mouvement. Dommage qu’hormis cette introduction et quelques séquences ultérieures, elle ne soit réduite au rôle de projecteur portatif bien pratique pour un spectacle de rue.

Les danseurs sont donc entre eux. Leurs personnages sont amis, puis se battent, puis se réconcilient à fortes embrassades répétées (au bout de la sixième fois, on finit par comprendre l’idée…). C’est bien faible pour construire un univers…Surtout que les interprètes ne nous aident pas : ils ne sont pas vraiment engagés dans ce qu’ils font, ils débitent leurs mouvements sans même aller au bout de ceux-ci, et c’est tout. Un seul des trois est un peu plus convaincant, et encore. Les séquences s’enchaînent, et j’ai la désagréable impression d’assister à une séance de travail, à un pêle-mêle d’idées chorégraphiques qui pourraient éventuellement déboucher sur quelque chose de pas mal, mais qui est encore au stade de brouillon.

Cette chorégraphie est en effet très décousue : alternent des séquences de pure danse contemporaine sans relief, puis ce qui se rapproche plus d’une pantomime, ensuite çà et là des exercices de cirques (équilibres sur deux mains, sur une main, debout sur les épaules d’un autre, saltos arrières et agrès sur la machine…la totale du parfait petit équilibriste). Tout d’un coup, des figures de break dance se retrouvent là sans qu’on sache trop pourquoi, techniquement correctes, mais sans aucun lien avec le reste. Il n’y a pas d’esthétique du beau, pas même d’esthétique du bizarre, rien ne me happe, rien ne m’interpelle.

Le tout est accompagné d’une musique industrielle de circonstances (mais 45 minutes de musique industrielle…c’est long).

A aucun moment la compagnie ne m’a emmené dans son univers, fait vivre une émotion. Le pari est perdu pour moi, et c’est donc avec surprise que j’entends des applaudissements assez appuyés, quelques « bravos » fusent même. L’esprit des Accroche-Cœurs, sans doute…

PS: Mes photos sont pourries, mais une vidéo est sur Youtube, je vous laisse vous faire une idée…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s