3e Scène – Il est né le divin enfant !

L’accouchement fut long et occasionna bien des émotions, du côté de l’Opéra probablement, du côté des balletomanes certainement. Après des semaines d’attente, de publicité, d’articles de presse annonciateurs de la bonne nouvelle comme les anges dans nos campagnes, ce 15 septembre de l’an de grâce deux-mil-quinze un tweet victorieux de Benjamin Millepied proclama non loin des douze coups de midi que le petit Jésus était dans la crèche, alléluia.

Sa mission sur terre : rassembler les brebis perdues de la culture vers le Grand Temple Garnier et la Basilique de la Bastille, à coups de messages évangélisateurs postés en vidéos sur internet. Pour l’aider, des disciples fidèles ou tout juste convertis : danseurs et musiciens bien sûr, mais surtout cinéastes, acteurs, dessinateurs, enfin toute personne habilitée à convaincre le complet néophyte que l’Opéra, c’est bien.

Sortons de la métaphore pour détailler un peu : il s’agit également de continuer l’implantation de l’Opéra de Paris sur internet, on parle encore de créer un lien avec le public, enfin bref, l’idée en un mot se résume à : ac-ces-si-bi-li-té !

Bon, dans les seize premières vidéos mises en ligne, il y a un peu de tout. Je ne traiterai pas de celles qui parlent de l’art lyrique, on n’est pas là pour ça. Je les ai regardé dans l’ordre, alors c’est dans l’ordre que je vais vous livrer mes impressions sur chacune d’entre elles.

Etoiles, I see you : LE fameux film avec Lil Buck. De jolis parallèles entre la danse et les images de Garnier, Lil Buck propose des choses mais ne me fait pas rêver non plus, contrairement à certaines de ces autres performances (allez voir sa mort du cygne…). Mention pointes en baskets.

Laura : la pauvre, on a mal pour elle. C’est pas joyeux cette histoire…très dark, les parallèles entre son envie de quitter l’Opéra et le suicide (coucou, je me balance au-dessus d’une cage d’escalier…) sont à la limite du bon goût. Point positif : voir des danseuses à la cool, buvant des coups fumant des clopes, bon point sur le plan du cassage du mythe de l’artiste inaccessible. Ils sont sur les toits de Garnier quand même, c’est pas votre pote Gégé au PMU du coin. Mention flippante.

Matching number : J’aime MAG (on aime tous MAG) au milieu d’une meute de chien de chasse, l’idée de faire découvrir l’envers du décors. J’aime pas : les plans interminables sur la machinerie de Bastille en mouvement qui a achevé mon forfait internet sur mon portable. Et puis c’est pas ce qu’il y a de plus fascinant non plus…Mention sciences de l’ingénieur.

La grande sortie : Au début c’est assez drôle, je suis interloqué, c’est facile à regarder. Après j’ai cru qu’Emilie Cozette s’était vraiment mise à mal danser (moment gênant…). Ensuite c’est assez tordu mais bon, pourquoi pas. On finit par se rendre compte qu’en fait, elle est bien, Emilie Cozette. Mention femme fatale.

Nephtali : C’est mignon, c’est intéressant, les dessins sont beaux, si j’avais une petite sœur et qu’un long-métrage sortait je l’emmènerais le voir. Un bon point pour l’éducation des enfants. Mention Pocahontas met des pointes.

09/06/2015 : Le début de la vidéo est très drôle, on s’y croit vraiment, je suis dans l’histoire, j’ai envie de voir ce qui vient après. Dommage que l’après, c’est une histoire qui part sur un délire spiritiste, avec une petite fille flippante aussi dans son genre. C’était vraiment pour parler du fantôme de l’Opéra quoi…La fin est en eau de boudin, c’est dommage. Double mention : Mention prof de danse tappée mais marrante, plus une mention Casper.

Patterns of life : Rien à dire pour le moment, ce sont juste des bande annonces et en bande annonces qui se respectent, elles ne nous donnent pas un traître indice de ce dont il va vraiment s’agir. Mention Luminaires Leroy Merlin.

Metamorphosis : C’est tordu mais c’est joli. L’idée du cocon qui devient papillon-belle danseuse, c’est basique et gnangnan mais bon, ça fait toujours son petit effet. Etait-ce bien la peine de mettre Eve Grinsztajn dans une vidéo où on aurait pu mettre n’importe qui puisqu’on ne la voit pas vraiment ? Mention Geek de la 3D.

O comme Opera : Alors ça c’est vraiment bien. Explorer l’Opéra de cette façon, avec la touche d’humour qui va bien, voilà qui remplit plutôt le contrat. Alice Catonnet et Pablo Legasa vont bien ensemble je trouve, j’espère qu’ils auront aussi leurs chances sur scène cette année (et au concours de promo). Mention Abécédaire.

Je me souviens : Bonne idée de donner la parole au public, de partager ses souvenirs, c’est une idée à creuser et il faudrait le faire de manière plus large : chacun envoie à l’Opéra une petite vidéo avec un souvenir. Ce serait cool non ? A partir de maintenant je milite pour un hashtag #SouvenirdOpera. Mention vis ma vie de spectateur.

L’après-midi d’un faune : Intéressant ce zoom sur ce ballet…Noureev et Alu dans la même vidéo, je ne peux qu’adhérer ! Alu qu’on découvre crédible en faune pervers derrière ses airs d’enfant de chœur, il va vraiment falloir le mettre dans des rôles à forte interprétation. Mention « ils ont osé mettre les dernières images ».

Ascension : Une très belle vidéo, trop belle peut être. Jolie robe pour Hannah O’Neil, Germain Louvet étale ses pectos, les décors sont superbes. La chorégraphie n’est pas renversante, mais on passe un bon moment. Mention pub de parfum.

Apollon Musagète : Là encore, Dorothée Gilbert et MOB ensemble, je suis obligé d’aimer. Un moment que l’on avait pas vu cette pièce, c’est sympa de nous la rappeler. Le parallèle là encore est bien pensé, et joue sur l’idée de transmission, d’autant que Christianne Vlassi et Francesca Zumbo ont probablement enseigné aux deux premières. Intéressant de voir comme la qualité de la danse s’améliore en un demi-siècle…Mention « Du prof à l’élève».

Portraits d’Etoile : Ceux que l’on a déjà vu repassés au montage pour faire une seule vidéo. Ya pas à tortiller, ils sont biens. De toutes façons ce sont les Etoiles filmées par le Directeur, donc ça ne peut qu’être bien. Mention Voie lactée.

AU FINAL : pour l’accessibilité, on repassera : on nage en plein artistico-conceptuel. Les vidéos sont à destination d’amateurs acquis ou de hipsters en quête d’originalité pour la plupart. Je sauve néanmoins O comme Opera et Je me souviens, les plus réussies en terme d’accessibilité. Nephtali et Ascension pour l’introduction facile au monde de la danse. Laura (si, si) et les Portraits d’Etoiles pour la parole donnée aux danseurs et le fait de les montrer comme des artistes individuels et non plus comme une troupe uniforme.

Pour le reste, qui n’est pas foncièrement mauvais par ailleurs, il faut vraiment un intérêt poussé pour l’Opéra afin de les apprécier pleinement. Ce n’est que le début, d’autres vidéos (j’ai entendu 6 vidéos, 30 par saison ailleurs…) arrivent, mais je crains qu’elles ne soient de la même eau. Ce qui ne m’empêchera pas de les aimer, quand bien même je persisterai à penser que pour rendre une soirée de ballet aussi évident qu’une sortie au cinéma…il faudra d’autres saisons, ou peut-être d’autres idées !

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. BA dit :

    Bonjour, je découvre votre blog et je crois que je vais aimer !
    N´ayant pas encore eu le temps de tous voir, je suis néanmoins d´accord avec vos commentaires sur ceux que j´ai vu. On nage peut-être dans de « l artistico-conceptuel » mais je préfère; pourquoi vouloir niveler par le bas ? Je préfère voir ce genre de videos que des petits films « grans publics » gnansgans, que l´on peut voir par centaines, où les pieds sont souvents coupés, la choreo massacrée parce que l´on fait un gros plan a contretemps…. Je suis quand même très contente que par ces temps de disette économique des artistes puissent s´exprimer.

    Je vous souhaite beaucoup de succés !

    J'aime

    1. ildanse dit :

      Bonjour BA, tout d’abord, merci pour votre commentaire !
      Mais attention, comprenez-moi bien: ce n’est pas parce que je réclame quelque chose de plus accessible que cela doit être au rabais ! Je pense qu’il est parfaitement possible de créer des vidéos qui parlent à une majorité tout en gardant une qualité artistique entière. Le film « Ascension », par exemple, est à cet égard une réussite je trouve.
      Mais en un sens vous avez raison, cette 3e scène est aussi un champs d’expression génial pour les artistes.
      Ce n’est que le début, il s’agit à présent de trouver le juste milieu entre les deux…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s