Un dimanche pas comme les autres

Comme chaque semaine, j’ai récolté les informations dont je voulais parler dans le Brunch avec la Danse d’aujourd’hui. Jusqu’à ce que la barbarie frappe à nouveau Paris et la France. Je me suis longuement interrogé sur le fait de savoir si je continuerai comme si de rien n’étais. Car il faut continuer, cela ne fait aucun doute. Et c’est finalement pour mieux faire passer ce message que je me limiterai à ce dernier, et oublierai le contenu initial de mon article, qui semble depuis bien vain.

En ces jours de deuil national, mes pensées vont tout d’abord aux victimes et leurs familles. Spectateurs de spectacle, de match, parisiens de sortie pour un verre et une bonne soirée, ils ont rencontré les soldats de l’horreur. Et pourtant, aussi difficile et douloureux serait-ce, il faut continuer.

Continuer. Continuer à vivre une vie presque normale, malgré la menace latente que nous sentons tous dans notre dos. Et dès lors, continuer à danser, à sortir voir la Danse, à l’écrire et à la lire. L’inverse leur ferait un plaisir que personnellement je leur refuse.

Dans cette lutte que nous sommes forcés d’engager, il est évident que la Culture a un rôle fondamental à jouer. Parmi les lieux visés par les attentats de vendredi, se trouve une salle de spectacle. Il est tout aussi évident que les Muses ne plaisent pas à ces individus, et il faut y compter Terpsichore. La Danse aurait pu être touchée hier, elle pourrait l’être demain. Dans ma tête se forme des images affreuses d’un cygne s’effondrant après une ultime arabesque, d’un prince dont une balle arrêterait le vol de son manège, d’un public soudain aux abois se précipitant hors de ses loges et balcons, de dorures centenaires réduites en poussière.

L’Art que nous chérissons est, comme tous les autres, comme nous tous, probablement dans le viseur. Et ceci précisément parce que l’Art rassemble, l’Art tend vers le Beau, l’Art fait avancer les sociétés. Amusant de remarquer comme les arts, la Danse y compris, ont toujours entretenu des rapports étroits avec les religions et le Sacré, alors que ceux qui  prétendent mener une « guerre sainte » cherchent à les détruire…

Et pourtant, et justement peut-être, l’Art se dresse, la Danse se dresse, avec la France et le reste du monde. Il est vrai que les danseurs ont toujours su tenir droit et ne pas lâcher malgré tout. Hier soir des Marseillaises ont retenti dans différentes salles à travers le monde, des minutes de silence ont été tenues, un port de bras de Svetlana Zakharova a dessiné un signe de croix sur la scène de la Scala…des gestes différents, une signification unique et intacte.

J’espère que les spectacles pourront continuer à se donner. Que les artistes pourront monter sur scène sans autre peur au ventre que celle de ne pas donner leur meilleur. Que le public continuera à venir les applaudir. Tout cela me paraît tellement nécessaire en ces temps…Personnellement, aller voir La Bayadère la semaine prochaine n’est plus juste une question de plaisir, c’est devenu une question de principe.

Alors restez en vie. Pas une survie faite de terreurs et d’angoisses. Une véritable vie faite de tous les plaisirs qu’elle a à offrir, et bien évidemment, de danse. 

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. merci pour ce message…

    J'aime

  2. BA dit :

    Cet article est très juste et bien écrit, et vous reflete ma pensée. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s