François Alu, l’Homme qui danse

Si il y a aujourd’hui un danseur de l’Opéra de Paris (et même en général) dont je suis un fan plus qu’inconditionnel, c’est bien François Alu.

Au-delà des aspects techniques et artistiques, permettez-moi de dire à titre de préambule que je trouve que c’est un type qui a l’air éminemment sympa. Je ne sais pas si c’est le fait que l’on soit proche en âge et que dans une autre vie il aurait pu être mon voisin d’amphi, qu’il a toujours su garder une humilité exemplaire dans ses interviews ou qu’il semble doté d’un certain sens de l’humour, mais il se dégage de lui une super personnalité. ENFIN BREF. Parlons danse à présent.

Son parcours: François Alu est le fils d’une professeur de danse. Pré-destiné ? Au début c’est pas vraiment ça…Jusqu’à ce qu’il tombe sur Patrick Dupond en vidéo, et se décide à danser, pour faire « des sauts et des tours ». Le virus prend si bien qu’il intègre l’Ecole de l’Opéra. Entré dans la compagnie en 2010, il gravit les échelons vitesse TGV : coryphée en 2011, sujet en 2013 (juste après s’être blessé), premier danseur l’année dernière en 2014. TRAN-QUILLE. Prix AROP et Cercle Carpeaux en 2012, il est invité notamment aux Hivernales de la Danse l’année dernière.  Il en profite aussi pour monter son propre spectacle, où il chorégraphie une Sylphide contemporaine pour Léonore Baulac et lui. C’est également un fidèle de la compagnie 3e Etage de Samuel Murez. Il tape dans l’œil de Benjamin Millepied, qui le choisit pour son Daphnis et Chloé, et le distribue depuis régulièrement. A noter encore: il ne fait pas que du classique, mais aussi du hip-hop. J’attends de voir ça sur la scène de Garnier !

Ses points forts: François Alu se distingue tout d’abord par son physique. Contrairement à ses collègues, majoritairement longilignes, il présente un format plus ramassé, plus musclé aussi. Des muscles et une technique qui lui permettent de 1) Sauter très haut, 2) Faire des tours à n’en plus finir. Je me souviens de lui dans La Source, incroyable d’apesanteur, des pirouettes superbes…D’autant qu’il n’est pas avare de ses talents: son côté casse-cou ressort en scène, où il prend volontiers des risques pour offrir le meilleur au public. Il a ainsi gagné son surnom d’ « Alu-cinant » (tin-tin-tsouin). Artistiquement, il excelle en personnages de guerrier, de prince, d’amoureux un brin cabotin…

Au-delà de ces simples constatations, j’affirmerai que François Alu incarne à mes yeux une danse masculine décomplexée, sans manière superflue, sportive, puissante, tout en conservant l’élégance et la simplicité du danseur français (coucou les russes…). C’est un artiste qui, lorsque je vais le voir sur scène, me rend fier d’être un homme danseur.

Ses points faibles: Bah, oui, pour rester objectif, j’ai bien dû me forcer à en trouver…évacuons vite ce moment désagréable. Une marge de progrès pourrait peut être être trouvée en tant que partenaire, sur la fluidité des ports de bras, ainsi que dans la profondeur des interprétations qu’il propose. J’ai l’impression que la personnalité, forte, de l’artiste, écrase parfois un peu le personnage. Mais sur ces points, je le pense en progression constante, et il n’a rien à envier à d’autres…

Ses succès en scène: Don Quichotte, La Fille Mal Gardée, Le Lac, La Source, La Bayadère…beaucoup de classique là-dedans, alors que ce ne doit pas être l’envie de contemporain qui manque ! Je vous laisse fouiller internet, deux trois petites vidéos s’y sont perdues…

La suite des événements: Bien qu’il se défende d’en faire un but en soi, le public tout entier est suspendu à l’annonce prochaine de sa nomination d’Etoile…Après des espoirs déçus dans La Bayadère en décembre 2015, les pronostics se reportent sur un titre après un Albrecht victorieux cet été…?Affaire à suivre, pour celui qui est déjà dans le cœur du public bien, bien plus, qu’un Premier Danseur.

 

Publicités

9 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. jmj dit :

    vous parlez de Patrick Dupond, bien sûr 🙂

    J'aime

    1. ildanse dit :

      Exactement, j’ai corrigé cette petite coquille juste avant de voir votre commentaire 😉

      J'aime

  2. Louise dit :

    Merci pour ce très beau portrait. Vous pouviez ajouter qu’il passe bien dans les médias, certes ça ne joue pas dans sa nomination d’étoile (j’espère) mais ça contribue à son aura.
    Fan de François Alu, je m’interroge (en général) sur cette question de l’âge et de la maturité dramatique nécessaires pour nommer un danseur étoile (ou une danseuse évidemment). D’un côté son talent surpasse tout le monde de manière indiscutable. d’un autre côté, est-il judicieux de nommer étoile un danseur dont la faiblesse (passagère) est du côté de l’expressivité? Car la capacité à faire passer l’émotion est ce qui différencie l’étoile du très bon premier danseur. Les qualités de partenaire mais aussi de cohérence avec la troupe me semblent également essentielles.
    Mais c’est vrai qu’attendre que les danseurs soient « vieux » pour les nommer est assez bête aussi.
    Alors c’est quitte ou double, soit sa nomination l’oblige et lui permet de développer son approche dramatique, soit elle intervient trop tôt et tue dans l’oeuf le prodige… (je pense à Ganio dans ce style, même si l’homme et l’historique ne sont pas les mêmes…)
    Mais ça fait plaisir d’avoir en France, enfin, une possible star de la danse, un de ceux qui sortira du cercle des connaisseurs, qui fera connaître la danse dans le grand public, comme P. Dupond ou Noureev autrefois !!

    Aimé par 1 personne

    1. ildanse dit :

      Merci Louise pour votre intéressant et long commentaire. Personnellement je suis un partisan de la nomination jeune, tant que technique et énergie sont toujours là. Laissons à l’expérience et à la maturité le soin d’affiner l’interprétation ! 😉

      J'aime

  3. Léa dit :

    Je ne sais pas si vous lisez encore les commentaires… Bref je viens de trouver dans un vieil article (enfin du 29 décembre 2015, ça n’est pas si vieux) de Paris Match, le winner du prix du « Meilleur je de mots avec François Alu », pour cette phrase : « Verdict : Alu met le feu ». (clap clap clap).
    Sur le fond, fun article sur soi tout seul dans Paris Match (signé Philippe Noisette tout de même), c’est déjà le signe d’un danseur qui marque les esprits. Mais ça on le savait déjà.

    J'aime

    1. ildanse dit :

      Je lis TOUS les commentaires Léa 😉 Et j’approuve ce jeu de mot ahah

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s