Brunch avec la Danse- Dimanche 7 Février 2016

Quelle semaine mes enfants, quelle semaine ! Je ne suis même pas sûr qu’un brunch réussisse à en  faire le tour. Enfin je vais essayer…mais il va me falloir faire des priorités ! Pas de superflu, concentrons nous sur les grands sujets de la semaine:

Départ de Benjamin Millepied 

C’est, nous le savons, cet article de Paris-Match qui a mis le feu aux poudres. Il est fort probable que sans cette  révélation impromptue, nous n’aurions rien su de ce qui se tramait en coulisse avant la fin de la saison…Mais voilà, l’info est sortie, et immédiatement l’hystérie gagne les réseaux sociaux. Pendant que certains ont une pensée pour Brigitte Lefèvre (il est notoire que le choix de Benjamin Millepied n’était pas le sien), d’autres se demandent ce que va devenir Virginia (une sainte femme, connue pour être l’assistante de Benjamin Millepied et une championne de course à pieds dans les couloirs de l’Opéra… »Il est où Benjamin ? »). Léonore Baulac, quant à elle, fait preuve de classe et d’humour face à l’attaque, assez basse, d’un certain compte parodique. Relevons ces articles de Libération (qui ne semble pas savoir que les hommes ne font  pas de fouettés) et des Inrocks. Je n’ai pas repris tous les articles de presse, mais il semble que le son de cloche général (il veut se concentrer sur la création, il a été formidable pour la compagnie, c’est une star extraordinaire) déplaît à plus d’uns…Brigitte Lefèvre se fend donc d’un constat assassin dans CultureBox. Plus curieux, des voix s’élèvent de l’intérieur même de la compagnie. Dans les premières heures, Le Monde publie un article à l’intérêt relatif (il reprend ce que chacun sait déjà) si il n’y avait les témoignages de Stéphane Bullion et surtout celui de Karl Paquette. Celui-ci explique avoir été « choqué » par les propos de son directeur sur la compagnie, et ne « (s’être) jamais senti aussi mal depuis six mois ». Ambiance…Mais le coup le plus rude est certainement celui porté par Josua Hoffalt. Dans un billet sans concession publié par l’Obs. Il faut lire ce réquisitoire presque cruel, que certains ont jugé puéril, mais qui a le mérite de nous faire véritablement entendre ce qui  est probablement la pensée de pas mal de  danseurs de la compagnie.

J’ouvre ici une parenthèse, sur ce sujet en particulier: que les danseurs n’aient pas accepté les critiques, lucides et justifiées, de Benjamin Millepied sur la compagnie, son niveau d’excellence et sa manière d’envisager la danse, me semble tout simplement anormal. L’Opéra de Paris est une très bonne compagnie, avec de très bons danseurs, et j’assiste généralement aux spectacles avec plaisir. Mais il faut bien admettre que tout n’est pas parfait, que certains danseurs ne semblent plus adaptés au répertoire classique, que d’autres, particulièrement dans le corps de ballet, le dansent sans passion. Après réflexion, j’en arrive cependant à penser que ce qui était tout aussi anormal, c’est que le Directeur partage publiquement de tels états d’âme. Sur le coup, cela ne m’avait pas choqué. Mais à la place des danseurs, je l’aurais certainement été. Le rôle, dual, du Directeur de la Danse, est certainement de faire les bonnes critiques en interne, mais de défendre et promouvoir sa compagnie à l’extérieur. Trop cash, Benjamin Millepied ne l’a pas senti: si de telles déclarations auraient pu passer aux USA, la France ne les pardonne pas. C’est peut-être dommage, mais c’est en tous les cas une faute en l’état actuel des choses. Il me semble donc que Josua Hoffalt en particulier, et d’autres, ont eu raison de l’ouvrir: dès lors que leur Directeur s’était ainsi exprimé sur eux publiquement, ce n’était que juste retour de bâton d’en faire autant.

Quelques autres articles, plus personnels de la part des auteurs, se sont livrés au jeu de l’analyse, voir de la critique: on ira lire les métaphores inspirées de Raphaël  de Gubernatis dans l’Obs (BM en Napoléon dans un royaume d’Ancien Régime, tout un programme), et le billet caustique d’un jeune blog qui ne regrettera pas « Benji ». L’analyse la plus fouillée reste cependant celle de Philippe Verrièle pour Slate: un aperçu global de l’affaire et une opinion personnelle pertinente que je partage (presque) entièrement. Il a de plus le mérite de s’attarder sur un personnage-clef de l’intrigue que l’on a sûrement oublié: Stéphane Lissner…Télérama nous fait enfin un compte rendu complet de la fameuse conférence de presse.

Mais avant de  passer à Aurélie Dupont, laissons quelques mots encore aux Twittos: Pierre Bergé toujours très en forme et visiblement satisfait de ce départ, et l’Agence Danse Presque inspirée par le papier peint. C’est mal, mais j’ai ri. Mais c’est mal, car comme le rappelle cet auteur, BM n’a pas non plus vocation à être le bouc-émissaire de service !

Nomination d’Aurélie Dupont 

Comme je vous le disais dans l’article que j’ai  consacré à cette nomination, l’annonce du retour d’Aurélie Dupont à l’Opéra a été une complète surprise. Personnellement, j’ai convaincu que Benjamin Pech, Etoile sur le départ et occupant actuellement un poste-bidon-associé-à-la-Direction-de-la-Danse créé tout exprès pour lui allait prendre la « Relève » (humour). Mais la jurisprudence Hilaire semble s’appliquer encore une fois, et Stéphane Lissner choisit donc Aurélie Dupont. Sur le papier, à choisir entre les deux, je dois dire que j’aurais fait la même chose ! Toujours est-il que la presse se répand encore en papiers pour « présenter » la nouvelle Directrice. Rien que du très conventionnel dans Les Echos ou Le Monde. Le Figaro est dans la même veine, mais contient un passage très intéressant sur la manière qu’a eu Aurélie Dupont d’adapter sa danse à son genoux privé de cartilage. L’idée générale: Aurélie Dupont est une grande Etoile, elle est de la maison, et elle aime la danse classique.

Force est de constater que notre nouvelle-future-Directrice n’a pas chômé. Dès la sortie de la Conférence de presse, elle a fait la tournée des popotes médiatiques: interview, Europe 1 le matin, BFMTV la veille au soir…BFMTV qui nous livre d’ailleurs un moment gênant, relevé par les balletomanes. Laisser ainsi entendre qu’Aurélie Dupont était à un rang inférieur à Benjamin Millepied était en effet la  preuve d’une ignorance crasse de la part de la journaliste. La manière dont Aurélie Dupont lui a répondu, de manière douce, ferme, et efficace, m’a absolument charmé. On sent de la poigne derrière ce sourire exquis, et il lui en faudra.

Mais pour le moment, « elle n’est qu’amour » dans cet article de Danse avec la Plume, et se confie également à Télérama. Son programme: remettre plein de classique (mais est-ce que ce sera possible ?), mettre en avant les Etoiles et être proche des danseurs (mais est-ce que ce sera si simple ?), respecter l’identité de la Maison (mais ne faut-il pas continuer à faire bouger des choses ?). Sur le papier, le programme me va. A voir sur la manière dont il sera appliqué…Toujours est-il que, pour le moment, c’est un sans-faute pour la Directrice: aucun dérapage, une gestion habile d’une situation compliquée, des spectateurs fidèles globalement emballés…on a hâte de voir la suite ! Pour ne rien gâcher, Aurélie nous prouve au passage qu’elle est très glamour. Comme Benjamin…?

Prix de Lausanne 

Malgré les événements de cette semaine, il était impossible de clôturer ce Brunch sans aller à Lausanne, pour une des grand-messes annuelles du monde de la Danse. Pour mes lecteurs-moldus: Lausanne accueille chaque année un prestigieux concours international de danse, qui permet à de jeunes espoirs d’être repérés des compagnies et d’obtenir des Bourses d’études dans de grandes écoles de danse. Les jeunes primés se retrouvent souvent Etoiles quelques années plus tard…Le blog des planchers Harlequin interview Elisabeth Platel et d’autres juges de cette édition, mais vous trouverez la plupart des informations sur DALP qui a couvert l’intégralité du prix: interview d’un candidat qui a été primé, et compte-rendu global de la finale !

Enfin avant d’achever ce Brunch, il faut lire cette interview très intéressante et curieusement de circonstances de Marie-Agnès Gillot, et celle de François Alu sur ses goûts musicaux.

Le problème c’est qu’avec tout ça, j’ai pas de danseur stylé de la semaine. Il n’est pas encore trop tard, alors à vos propositions ! Sinon rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau Brunch, et même avant car je vous réserve de petits articles pour cette semaine…Bon dimanche à toutes et à tous !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s