« Il danse » à NYC : la semaine idéale du fana de danse

Je suis allé à New-York les amis ! Bon, ok, c’était pour un voyage de promotion (plutôt axés cabinets d’avocats qu’autre chose), mais que voulez-vous, on ne me refait pas, et j’ai bien entendu profité de cette occasion en or pour me faire sept jours où la Danse a eu toute sa place. Alors, pour préparer un éventuel futur voyage dans Big Apple, voici quelques tips glânés au cours de cette trop courte semaine :

Attaquez dès le début

Dès le terminal d’embarquement, profitez du temps interminable d’attente pour convaincre vos amis de vous prendre en photo en arabesque sur le tapis roulant ou en grand écart sur les chaises du Starbuck’s. Le succès n’est pas garanti, j’en ai fait les frais.

Qu’à cela ne tienne, une fois installé(e) dans l’avion, rentabilisez les heures de vol qui vous attendent en cinq étapes :

1 – Admirez les annonces de sécurité danso-philes qui sont maintenant diffusées sur les longs-courriers d’Air France (featuring Claire Tran que vous connaissez si vous suivez La vraie vie des danseurs). Dites-vous qu’enfiler un gilet de sauvetage ou un masque à oxygène est une mouvement chorégraphique en 8 temps (plus facile à mémoriser) et que si vous suivez le marquage lumineux en pas chassés comme les filles de la vidéo, vous serez le/la survivant(e) le/la plus stylé(e) de l’histoire de l’aéronautique.

2 – Rematez les vidéos de la 3e Scène de l’Opéra de Paris, qui, oui oui, sont diffusées dans les vols Air France. On fait de l’audience comme on peut ma brave dame.

3 – Rematez Black Swan. 8h de vol on vous dit, faites pas les difficiles.

4 – Levez-vous et tentez quelques mouvements ni vu ni connus pour ne pas crever d’atrophie musculaire. Demi-pointe, pointe, demi-pointe, talon…Dans les cas désespérés, occupez les toilettes et débrouillez-vous pour vous étirer dans cet espace réduit et inamical.

5 –   Allez dans la rubrique « musique » puis « concert » de votre petite télé d’avion et trouvez le seul et unique spectacle de danse de la bibliothèque média. Perso je suis tombé sur un super spectacle de la Alvin Alley Dance Company. Laissez votre voisin qui vous observe depuis le début du vol s’inquiéter pour votre état mental.

Vous êtes arrivés, et vous voyez, le temps passe vite quand on s’amuse ! 

Pour être spectateur à New-York…

…Renseignez-vous et réservez en avance ! Conseil évident, me direz-vous, mais qui va mieux en s’écrivant. Déjà pour vérifier qui danse : manque de pot pour moi, ni le New-York City Ballet, ni l’American Ballet Theatre, ni la Alvin Alley, ni les Trocks ne donnaient de représentation durant mon séjour.

Les places à Broadway coûtent très cher et il y a à boire et à manger. Il paraît néanmoins que sur Times Square se trouve un guichet pour des places de dernière minute, mais je ne l’ai pas trouvé. Autre conseil évident : n’achetez pas de place aux vendeurs à la criés qui pullulent sur Times Square : certains sont peut être honnêtes et assermentés, mais dans la foule et la pagaille, vous n’avez ni le temps de vérifier ni le loisir de risquer ainsi vos deniers.

Faire son touriste

Une virée au Lincoln Center for the Performing Arts s’impose. On s’y rend très facilement en métro ! Prenez quelques minutes pour admirer l’esplanade, de l’autre côté de la rue se trouve un hippopotame en tutu. Vous pourrez jeter un oeil à la fameuse Julliard School, mais surtout visiter le Metropolitan Opera (attention : les visites libres ne se font qu’en semaine le matin et jusqu’à 14h. Mal informé par un site un peu brouillon, j’en ai fait les frais…). La boutique, ouverte toute la journée, ne se rate pas non plus : bien achalandée, vous y trouverez t-shirts et sweats siglés pour vous la péter en studio (ou ailleurs), DVD et livres, un rayon enfant…le classique de la boutique d’Opéra quoi.

Tâter le parquet New-Yorkais : prendre un cours dans Manhattan

Pourquoi ne pas profiter d’être à NY pour aller suivre quelques cours de danse ? Vous auriez tort de vous priver : l’offre est large et surtout, le français langue internationale de la Danse est votre ami. Vous profiterez aussi de la réaction enamourée de vos interlocuteurs lorsque vous leur direz dans votre sublime accent franchouillard que vous venez de France ou mieux encore, de Paris.

Alors où aller ? Il vous faut viser les « Open-classes » ou « drop-in classes » des studios de danse, c’est à dire les cours qui ne nécessitent pas une inscription continue. Adulte de niveau débutant à intermédiaire, pourquoi ne pas visiter l’extension de la Alvin Ailey School et prendre un cours chez eux ? Je me suis pour ma part concentré sur des cours de niveau avancé dans des studios recommandés par mon américain de professeur parisien, à savoir Peridance et Steps on Broadway.

Peridance enchante par son architecture et sa localisation idéale à deux pas d’Union Square. L’inscription est rapide et facile, les vestiaires grands, propres, dotés de cabines de douche, un espace d’échauffement est aménagé juste à côté, le wifi est gratuit, une cafétéria et des fontaines d’eau à disposition. Le studio dans lequel j’ai pris mes cours est grand, avec des murs en brique, un sol très honnête et un pianiste ! Que demande le peuple ? J’ai tout d’abord suivi le cours de Jae Man Joo. La barre est très efficace, je me suis chauffé en un rien de temps et le travail de bas-de-jambe était très développé ! Le milieu était intéressant, mais plus commun. J’ai apprécié ce cours, mais Jae Man Joo donne très peu de corrections, ce qui m’a un peu refroidi…

C’est d’ailleurs ce qui m’a déplu aussi à Steps on Broadway. Le professeur Espen Giljane, ancien Directeur du Ballet de Norvège,  a proposé un cours tout à fait convenable, mais avec une quasi-absence de corrections là encore ! On accède au studio par un petit couloir étroit qui donne directement sur l’avenue, puis par un ascenseur un peu miteux. Une fois arrêté dans le studio, on a l’impression de voyager dans le temps : c’est plutôt ancien, ça ressemble à une vieille école, les studios sont un peu décrépis (et il y a deux colonnes au beau milieu des diagonales du studio 2, où j’ai pris le cours, il faut négocier les virages !). Mais les vestiaires sont tout à fait corrects, avec douche, et l’accueil est plutôt sympa. Ne faites pas mon erreur et si vous le pouvez, allez prendre le cours de Karine Averty, Première Danseuse de l’Opéra de Paris !

Pour mon troisième cours, retour à Peridance, avec cette fois Rhea Roderick. Formée à la Alvin Ailey School, ayant tourné pendant plusieurs année avec la comédie musicale du Roi Lion, Miss Roderick n’est pourtant pas, à mon avis, une danseuse à la technique superlative. En revanche, c’est la meilleure prof de la semaine : en deux exercices, elle repère mes habituels défauts et vient les corriger, et propose un cours dans une ambiance détendue, mais studieuse ! On y bosse bien, et j’en suis ressorti ravi.

Voilà les quelques tips que je pouvais vous donner, je n’ai probablement pas tout vu ni tout su, mais une chose est sûre: NYC est une des capitales de la danse, alors si vous avez la chance d’y aller, n’oubliez pas votre appareil photo et votre paire de chaussons ! 

Photo : L’entrée du studio Peridance ! Crédits Il Danse et Il en Parle. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s